Recherche

Dernière mise à jour
le : 

ETUDE :
Les troubles du sommeil accroissent-ils le risque de chute ?

Certains troubles du sommeil sont associés à un risque plus élevé de chute, indépendamment de l’utilisation d’hypnotiques.

Plusieurs études ont suggéré que l'insomnie pouvait être associée à un risque accru de chutes. Toutefois, le lien avec les caractéristiques du sommeil, indépendamment de l’effet des hypnotiques, n’avait pas été jusqu’ici précisé.

Les auteurs ont utilisé les données obtenues auprès de 2 978 femmes participant à la Study of Osteoporotic Fractures et âgées en moyenne de 84 ans. Leur sommeil et leurs activités diurnes ont été estimés à l'aide d’un actimètre de poignet pendant au moins 3 jours consécutifs. Les traitements médicamenteux et les chutes au cours de l'année suivante ont été recensés.

Comparées aux femmes qui dormaient 7 à 8 heures par nuit, celles qui dormaient 5 heures ou moins avaient un risque augmenté de 52% de faire au moins deux chutes dans l’année. Ce risque accru de chute n’était pas expliqué par la prise de benzodiazépines. Un sommeil fragmenté était également associé aux chutes.

Par exemple, les femmes qui dormaient moins de 70% du temps passé au lit, et qui avaient donc une faible efficacité de sommeil, avaient un risque de chute augmenté de 36%. Un sommeil nocturne court ou fragmenté est associé à un risque plus élevé de chute, indépendamment de l’utilisation d’hypnotiques et des autres facteurs de risque de chute.

Références : (Stone KL et al. Arch Intern Med. 2008;168:1768-1775)

Revue de Presse Vivago

Haut de page