Tous les sites Vivago :

Recherche

Revue de presse

Ehpad St-Jacques et St-Christophe (Calvados)

EHPAD Magazine / Février 2012 / Coeur de métier - P 14

Améliorer la sécurité des résidents

Les 74 résidents de l'Ehpad Saint-Jacques et Saint-Christophe à Cesny-Bois-Halbout (14) portent à leur poignet une montre pas comme les autres.
Ce petit bijou de technologie permet en effet d'alerter le personnel en cas de chute, de problème de santé ou d'errance pour les malades d'Alzheimer.

Une simple montre peut-elle améliorer de façon conséquente la prise en charge des résidents ? Oui, à en croire Stéphane Tillard, directeur de l'Ehpad Saint-Jacques et Saint-Christophe à Cesny-Bois-Halbout (Calvados) :
" Nous avions effectué un diagnostic pour renforcer la sécurité des résidents en lien avec le projet de l'établissement, le document unique d'évaluation des risques professionnels et l'enquête de satisfaction. Les personnes âgées disposaient d'un appel malade au-dessus du lit dans leur chambre. Mais en cas de chute dans le couloir ou dans le jardin, il nous fallait avoir un moyen de réagir vite. Dans notre recherche d'un nouveau système d'alarme, nous avions quelques doléances. A savoir, un dispositif simple d'utilisation qui puisse entrer très vite dans les habitudes de vie des résidents. "

En 2009, l'Ehpad a fait le choix d'une montre-alarme. " Cet équipement a réduit le stress du personnel et les risques pour les résidents. Il concourt également à la protection du travailleur isolé. En effet, les deux agents de garde de nuit disposent d'une montre. En cas de besoin, chacun peut, grâce à une simple pression sur le cadre, avertir immédiatement son collègue ", explique le directeur de l'établissement. Et d'ajouter : " Le coût total de cet équipement s'est élevé à 60 000 euros. La Direction départementale des affaires sanitaires et sociales y a contribué à hauteur de 22 000 euros car la montre-alarme améliore les conditions de travail du personnel. Pour le reste, l'établissement possède des provisions et une trésorerie saine. Il n'y a eu aucun impact financier sur le reste à charge des résidents. "

Données physiologiques

Pour la trentaine de résidents atteints de la maladie d'Alzheimer ou de troubles apparentés, les montres sont munies d'un système pour diminuer les risques de fugue grâce à des bornes placées autour du jardin de l'établissement. Mais ce petit bijou de technologie fournit d'autres services aux équipes. La montre-alarme enregistre en continu des données physiologiques du résident (rythme circadien, température du corps…). C'est un moyen de prévenir une dégradation de l'état de santé et de rester vigilant, notamment la nuit. S'il y a une altération de l'état du résident, une alarme se déclenche chez les soignants. " Ce système permet d'améliorer l'organisation des soins, précise Stéphane Tillard. L'équipe soignante peut, en analysant les données enregistrées, décide de reculer l'heure du lever du résident ou ajuster le traitement médical. "

 

 

Haut de page