Tous les sites Vivago :

Recherche

Le lien entre temps de sommeil et espérance de vie est indépendant de l'état de santé.

Sources : Mesas AE et al. J Am Geriatr Soc 2010;58:1870-1877.

La relation entre des temps de sommeil inférieurs à 7 heures ou supérieurs à 8 heures et une mortalité accrue est démontrée depuis longtemps. Toutefois, on ne sait pas si cette augmentation de la mortalité est secondaire uniquement au manque ou à l'excès de sommeil, ou si une maladie sous-jacente influe directement sur la durée du sommeil et la mortalité. A titre d'exemple, les maladies cardiovasculaires, le diabète, les troubles cognitifs, la dépression ou l'altération des capacités fonctionnelles augmentent à la fois le risque de mortalité et la durée du sommeil. Une équipe espagnole a étudié de près les relations entre le sommeil et la mortalité en fonction de l'état de santé physique et mental d'une population de seniors.

Pour cela, ils ont suivi pendant 7 ans 3 820 personnes non institutionnalisées et âgées de plus de 60 ans. La durée du sommeil a été renseignée à l'inclusion. Au cours du suivi, 897 personnes sont décédées. L'analyse des résultats montre que, par rapport aux sujets qui dormaient 7 heures, ceux qui dormaient 8, 9, 10, ou 11 heures et plus, avaient un risque de décéder augmenté respectivement de 34, 48, 73 et 66%. Cette relation était observée même chez les personnes en bonne santé pour lesquelles la santé subjective, les fonctions cognitives, la qualité de vie et l'aptitude à réaliser les activités de la vie quotidienne étaient optimales. Chez les petits dormeurs, le risque de mortalité était augmenté seulement chez ceux qui présentaient une altération des fonctions cognitives.

Ce travail montre que la plus grande mortalité observée chez les personnes qui dorment beaucoup n'est pas la conséquence directe d'un mauvais état de santé. Cette constatation est intéressante car 21% des espagnols de plus de 60 ans dorment au moins 10 heures par jour. Il restera à comprendre en quoi l'excès de sommeil est mauvais pour la santé.

Haut de page