Tous les sites Vivago :

Recherche

Revue de presse

Ouverture de la Résidence Tiers-temps Saint-Gilles Marie-Françoise Dupuis et de la Résidence Océane

Dossier de presse DomusVi / 22 mars 2012

Deux ans après la pose de la première pierre en février 2010, la résidence Tiers-temps Saint-Gilles Marie-Françoise Dupuis (EHPAD) et la résidence Océane (EHPA) accueille ses premiers résidents début mars 2012. Une réalisation du groupe DomusVi, premier opérateur français de maisons de retraite.

DomusVi - résidence Tiers-temps Saint-Gilles Marie-Françoise Dupuis - résidence Océane

Un établissement trois étoiles HQE qui accueillera cent quarante personnes en offrant un niveau de service incomparable à la Réunion ainsi que la technologie exclusive e-lio permettant aux résidents d'accéder depuis leur écran de télévision à de nombreux services interactifs. Cet établissement accueille en chambre individuelle, fin février 2012, cent quarante personnes autonomes ou dépendantes, dont une dizaine atteintes de la maladie d'Alzheimer. La conception de la résidence assurera une véritable mixité sociale et sanitaire, ainsi qu'une ouverture sur la ville et les associations du troisième âge.

Le projet a nécessité un investissement total de dix sept millions d'euros et la réalisation d'un ensemble architectural aux normes HQE, ainsi que la création d'une centaine d'emplois locaux. L'offre d'hébergement médicalisé pour personnes âgées est actuellement 2,4 fois moins importante qu'en métropole. DomusVi prévoit, outre les cent trente places de Saint-Gilles, quatre-vingt lits à Saint-Pierre et quatre-vingt cinq autres à Saint-Denis.

La médicalisation de l'établissement se fera en coordination avec le groupe Clinifutur. Les modèles thérapeutiques qui seront développés sont innovants : zoothérapie, espace Snoezelen de stimulation multi sensorielle, jardin thérapeutique, etc. Tiers-temps Saint-Gilles bénéficie d'une aide au titre du Plan d'Aide à l'Investissement 2009 et s'est vu désigné « Projet Exemplaire 2009 » par la Caisse Nationale de Solidarité pour l'Autonomie. DomusVi a été créé il y a plus de vingt-cinq ans, par Yves Journel. Le groupe, présent en France et au Canada, gère aujourd'hui 200 établissements dédiés aux aînés. Il emploie 10 000 salariés pour un total de 16 000 lits.

Plusieurs objectifs ont compté dans l'élaboration du projet Tiers Temps Saint-Gilles :

Afin de proposer un dossier cohérent, inscrit dans une logique de réseau, en adéquation avec les spécificités de La Réunion, le groupe DOMUSVI a souhaité s'unir au premier groupe de santé privé de l'île, le groupe CLINIFUTUR, pour assurer la permanence et la continuité des soins et la formation continue des personnels soignants. La médicalisation de l'établissement se fera donc en coordination avec les cliniques et les praticiens du Groupe Clinifutur, grâce, notamment, à des outils de télémédecine, garantissant ainsi une Permanence de soins qui fait souvent défaut aux EHPAD.

DomusVi Réunion veut faire de ses établissements réunionnais et donc aussi au Tiers-temps de Saint-Gilles, la vitrine de son savoir-faire, notamment en matière de nouvelles technologies, de domotique, de multi média et de télémédecine. Parfois, certaines de ces technologies se retrouvent ponctuellement dans des EHPAD. Jamais en France un établissement ne les a réunis dans un projet cohérent et évolutif.

Système intégré de vigilance Vivago (Exclusivité DomusVi) DomusVi a conclu un partenariat exclusif avec International Security Technology, une société finlandaise et son distributeur français pour l'utilisation du système Vivago. Chaque résident ainsi que le personnel de nuit sont équipés d'une montre VIVAGO.

L'intérêt et l'usage de cette montre seront expliqués aux familles et aux résidents qui auront toujours la possibilité d'en refuser le port. Dans cette hypothèse, un simple bouton d'appel d'urgence leur sera remis pour équiper leur chambre et leur salle de bain.
Cette montre regroupe six fonctionnalités :

APPEL MANUEL

Si le résident actionne le bouton d'appel, l'alarme est transmise sur le central PC et sur les téléphones portables (DECT) du personnel en indiquant le nom et la localisation du résident, l'heure de l'appel. Aussitôt, le personnel informé peut soit téléphoner via son DECT au résident s'il est dans sa chambre pour s'informer du motif de l'appel, soit se rendre sur place directement. Ces appels sont enregistrés et donc retraçables.

ALARMES AUTOMATIQUES

Grâce à des capteurs, cette montre est le premier dispositif au monde capable d'apprendre à reconnaître automatiquement le rythme quotidien (circadien) de son utilisateur. Le bracelet peut donc provoquer le déclenchement d'une alarme si des modifications sensibles surviennent par rapport au rythme quotidien « habituel » : une période prolongée d'inactivité, une diminution importante du niveau d'activité sont des exemples de ces modifications. Ainsi l'alarme se déclenchera en cas de perte de connaissance. Le bracelet signale aussi au personnel soignant les hypothermies, le retrait du bracelet, l'éloignement de l'utilisateur de la zone couverte par les fréquences radio ainsi que le retour dans cette zone. Le système signale lorsque les batteries du système sont pratiquement épuisées, suffisamment à l'avance pour qu'elles soient rechargées. Ainsi les résidents fragilisés ou de nature anxieuse ne sont plus confinés dans leur chambre avec « le bouton d‘appel dans la main ». Ils peuvent déambuler dans toutes les zones où ils sont autorisés à le faire en sachant qu'en cas de problème ils peuvent eux-mêmes actionner l'appel ou qu'il se déclenchera automatiquement.

CONTROLE D'ERRANCE

Cette fonctionnalité est tout particulièrement adaptée pour répondre aux besoins des résidents désorientés et atteints par exemple de la maladie d'Alzheimer ou de troubles apparentés. Elle permet en effet à ces résidents d'accéder à différentes zones prédéfinies et de contrôler les accès dans d'autres zones de l'établissement. Le personnel peut ainsi géo localiser les résidents et les aider à rester dans un environnement protégé, sans pour autant les contraindre. Il s'agit d'un point majeur dans les EHPAD, où les besoins d'une minorité peuvent imposer des restrictions à la majorité des résidents. Car, on le sait, il y a des patients désorientés en dehors de l'unité Alzheimer et ce sont ces patients qui présentent un grand risque de fugue ou d'errance. Ce système enregistre les alertes et notifie au personnel (sur son téléphone ou le central) les tentatives de fugues mais aussi la présence dans le champ ou hors champ des résidents ainsi que le port du bracelet (alarme en cas de retrait). Cette solution peut s'appliquer à tout accès, y compris les ascenseurs. Ce système est programmable et complètement individualisable afin d'élargir plus ou moins le champ de déambulation de chaque résident en fonction de son niveau de dépendance et de désorientation. Ainsi, ce système peut aussi être utilisé comme une « clé électronique » autorisant ou non l'accès d'un résident à une zone particulière (par exemple lorsque l'on veut interdire l'accès aux autres chambres à un résident particulièrement perturbé et déambulant sans pour autant le confiner dans sa chambre).

PROTECTION DU PERSONNEL ISOLE

Lorsque les membres du personnel portent ce bracelet (la nuit par exemple), ils peuvent appeler à l'aide en cas d'incident ou face à des situations dangereuses, comme lors d'une agression.

SUIVI DE L'ACTIVITE PHYSIOLOGIQUE

L'actimétrie embarquée par ce bracelet permet la mesure de l'activité globale d'un individu dans les actes de la vie quotidienne :

Le bracelet enregistre de manière continue ces données et les stocke sur une durée de 30 jours. Ces données sont transmises à un PC par Bluetooth permettant leur représentation graphique et leur sauvegarde. L'équipe soignante peut donc analyser de manière précise les variations de ces courbes, par jour, par semaine ou mois. Le sommeil : un résident qui aura un sommeil agité ou se lèvera plusieurs fois dans la nuit est un sujet potentiellement à risque de chute. Ce sommeil agité peut être aussi révélateur d'autre pathologie (pathologie de la prostate, désorientation débutante). L'état nutritionnel : un résident dont la courbe de consommation calorique s'affaisse peu à peu est un résidant qui se laisse « aller », ou qui déprime ou qui est atteint d'une pathologie plus profonde (cancer par ex). La dénutrition représente une des complications les plus fréquentes de la maladie d'Alzheimer. Elle précipite l'évolution et aggrave la dépendance. L'actimétrie et l'impédance du corps : cette analyse est possible grâce à la mesure simultanée de trois paramètres : la température cutanée et ambiante, la conductibilité de la peau et les mouvements, y compris les micromouvements liés à l'activité cérébrale. Ainsi l'appareil sait différencier une phase de sommeil, d'une perte de connaissance. La baisse des courbes d'impédance et donc de l'activité physiologique est directement corrélée avec une dégradation progressive de l'état de santé de la personne. Dés lors, l'équipe soignante peut adapter et personnaliser le traitement et la prise en charge globale du résident. Ce suivi rend compte du risque de fragilisation, de perte d'autonomie et de dépendance dans les actes de la vie quotidienne notamment lié aux syndromes gériatriques (immobilisation, régression, désafférentation). Il s'agit donc d'un concept utile pour le diagnostic de l'immobilisation au lit, des troubles de l'équilibre et de la marche, des pathologies neuro-gériatriques notamment. Elle traduit également le niveau de performance physique de l'individu dont nous savons qu'il est fortement corrélé à l'état de santé et au pronostic vital notamment cardio-vasculaire. Pour de nombreux gériatres hospitaliers, l'acétimétrie représente l'examen paraclinique de choix pour l'appréciation quantitative et qualitative du sujet âgé. Son utilisation en prévention secondaire (sujets à risques) et tertiaire (sujets avec incapacité) peut réduire les risques d'accidents, renforcer le maintien à domicile et la qualité de vie des patients, du personnel et des aidants. Chacune de ces montres est programmable pour toutes ces fonctionnalités de manière individuelle et personnalisée afin d'adapter les besoins au niveau de dépendance/autonomie de la personne. Les données sont traçables en cas de besoins.

Ce système pourrait rendre d'excellentes informations pour les résidents qui séjournent temporairement de jour comme de nuit en leur laissant la montre à domicile, afin d'évaluer leur actimétrie et de mieux adapter et personnaliser leurs soins et accompagnement.

VIVAGO est une exclusivité DomusVi Réunion

 

 

Haut de page